26.7 C
Libreville
vendredi, 12 avril 2024

Gabon/Aide à la presse: les observateurs de la presse privée ayant siégé à la commission de 2022 confondent le journal “Peuple infos”

Réunis devant la presse nationale samedi 28 janvier 2023 à Nzeng-Ayong, dans le 6e arrondissement de Libreville, les organisations de la presse privée gabonaise dont le Réseau national des journalistes indépendants (RENAJI), le Cercle des Patrons de la Presse Privée en Ligne (CPPPL), Médias de paix, le REGAJOUD, et l’Union des Patrons de la Presse Indépendante du Gabon (UPPIG) ont tenu à apporter leur part de vérité, se considérant comme partie-prenantes de la commission ayant siégé en 2022.

Une vue des conférenciers

Situant le contexte, ces derniers ont expliqué que la commission n’est pas l’affaire d’une seule personne, mais qu’au contraire, cette dernière est constituée de plusieurs composantes réparties de la manière suivante: la Haute Autorité de la Communication (HAC), les techniciens de la Direction générale de la Communication, des représentants du cabinet du ministre, et au moins 4 représentants des associations de journalistes, avec le titre d’observateurs.

Ces derniers, ont expliqué les conférenciers, définissent au cours d’une rencontre préalable le cadre de travail, les facteurs bloquants ou dégressifs, qui devront prévaloir tout au long des travaux en commission, lesquels durent très souvent une semaine.

« La commission n’est pas que l’affaire du ministère de la Communication. Pointer du doigt directement la tutelle c’est méconnaître comment les choses fonctionnent. Il y a plusieurs parties qui décident ensemble », ont martelé les représentants de la presse.

Si ces derniers comprennent le sens de la démarche du journal “Peuple infos”, celui-ci ayant constaté qu’il ne faisait pas partie des bénéficiaires de l’édition de 2022, ils fustigent, en outre, la démarche usitée par le responsable de ce médium.

« Peuple infos à le droit de se plaindre, de chercher à comprendre les raisons pour lesquelles il n’a pas été retenu dans la liste des bénéficiaires. Cependant, nous regrettons la démarche qui a été la sienne.  

D’abord, il s’est rendu au ministère de la communication où il a rencontré les autorités, qui lui ont expliqué ce qu’il devait savoir sur son dossier. Mais il n’a pas été satisfait. Puis, la tutelle, comprenant son désarroi et les difficultés auxquelles il serait confronté, en tant que chef d’entreprise, lui ont remis à titre d’aide, et non pas en tant que bénéficiaire, la coquette somme de 700 000 francs CFA », ont-ils déclaré.

Avant de renchérir : « Quelques temps plus tard, Peuple infos est reparti à nouveau au ministère demander un reliquat, mais il a très vite été objecté. C’est ce refus qui a conduit le responsable du journal à se déverser sur la toile. Nous aurions quand même souhaité que dans ses dénonciations, Peuple infos disent tout ceci, et qu’il n’élude rien parce qu’après, c’est toute sa démarche qui sonne faux ».

« Certaines personnes peuvent se poser la question de savoir pourquoi nous réagissons. La réponse est toute claire. Nous vous l’avons dit. Les décisions pendant la commission sont collégialement prises. Nous sommes donc tous solidairement responsables. Ayant siégé lors de la dernière édition, le ministère nous a mis au courant des réclamations de certains de nos confrères, des réponses et des aides apportées. Nous sommes donc des voix autorisées », ont déclaré les conférenciers.

« Il y a parmi nous les commissaires certains dont les journaux ont  été rejetés et ça ce n’est pas un secret. Il y a le journal l’Essor, par exemple, propriété d’un des nôtres ayant siégé à la commission, qui n’a pas été accepté alors qu’il avait bel et bien tous ses papiers à jour. Mais son motif a été le défaut de production. Le journal l’Essor a produit en dessous de la moyenne requise et il n’a bénéficié d’aucun traitement de faveur », ont rappelé les conférenciers.

« Nous appelons notre confrère Peuple infos au ressaisissement. Aller dans un bras de fer inutile avec la tutelle ne sert à rien », a tout spécialement invité Thierry Mebale Ekouaghe, patron de 7joursinfo, et ayant lui aussi siégé pendant les travaux de la commission.

Un appel qui, on l’espère, sera entendu. 

Le fils du bled

MEDIAPOSTE
MEDIAPOSTE
MEDIAPOSTE, est un media en ligne, qui traite, analyse et décrypte toute l'actualité du Gabon. Il existe depuis 2017.

Articles Liés

13 Commentaires

  1. Avez-vous déjà créé à ajouter un peu plus que vos articles ?

    Je recherche dire, ce que quoi est précieux. Cependant imaginez si vous ajoutez
    de bonnes visuels pour donner plus à vos signaux !
    Votre contenu est bon mais avec des clichés, ce site peut indéniablement être l’un des meilleurs dans sa fonction.

    Visitez également mon site Web voyances par mail amour

  2. Bonjour ! Ce après ne serait capable de pas être
    mieux écrit ! cet article me souviens mon d’antan colocataire !
    Il a toujours communiquer cela. Je vais très sûrement lui transvaser cet
    article. Assez certain il va souhaiter par cette voyance.
    félicitations pour le succession !

  3. J’ai lu ce post et je recherche vous soumettre quatre ou
    cinq recommandations. Peut-être vous pourrez mettre les prochains ouvrages
    faisant suite à celui-ci ? Je préfére lire plus de choses à ce point !

  4. Bonjour cela vous dérangerait-il d’échanger avec
    quelle plate-forme de site vous travaillez ?
    Je planifie de réaliser mon propre blog dans un avenir proche mais j’ai des difficultés
    à choisir entre BlogEngine /Wordpress/B2evolution et guppy.
    l’explication pour laquelle je demande est puisque
    votre design et style paraissent innombrables de la majorité des sites et je
    recherche quelque chose de précisément rare. P. S : Mes reçu aux
    fins d’être hors endroit mais je me devais de demander !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez connecté

954FansJ'aime
764SuiveursSuivre
656AbonnésS'abonner