28.6 C
Libreville
dimanche, 19 mai 2024

Gabon-Culture de l’eucalyptus : Bertrand Zibi savait-il vraiment de quoi il parlait ?

Projet d’agroforesterie de Leconi (LAPHO)

Pouvez-vous nous fournir les vertus de la plante d’eucalyptus ?

Au départ, nous aimerions préciser que nous avons un projet agroforestier et non simplement un projet d’eucalyptus. Nous prévoyons de planter d’autres espèces qui peuvent nous fournir des résultats similaires. Nous testons l’eucalyptus pour notre première plantation. L’eucalyptus offre plusieurs qualités positives et avantages :

1 Croissance rapide : Les arbres d’eucalyptus sont connus pour leur taux de croissance rapide, permettant une production de biomasse rapide et des rendements économiques potentiels.

2 Rendement élevé : Les arbres d’eucalyptus offrent un rendement élevé de bois par hectare, les rendant efficaces pour la production de bois d’œuvre.

3 Avantages pour la structure du sol : dans le cadre de ce projet, nous utilisons une espèce d’eucalyptus dont le système racinaire est étendu ce qui peut aider à améliorer la structure du sol et à prévenir l’érosion.

4 Séquestration du carbone : Comme tous les arbres, les arbres d’eucalyptus absorbent le dioxyde de carbone lors de la photosynthèse, aidant à atténuer le changement climatique en séquestrant le carbone.

5 Biodiversité : Les plantations d’eucalyptus peuvent fournir un habitat pour certaines espèces, bien qu’elles ne soutiennent peut-être pas une gamme aussi diversifiée de faune que les forêts naturelles.

6 Avantages économiques : Les plantations d’eucalyptus peuvent contribuer aux économies locales grâce à la création d’emplois, la production de bois d’œuvre et éventuellement d’autres industries comme l’extraction d’huiles essentielles.

7 Utilisations variées : Le bois d’eucalyptus est polyvalent et peut être utilisé pour une variété de fins, notamment la construction, la production de papier, la fabrication de meubles et le bois de chauffage.

8 Efficacité de l’utilisation des terres : Les plantations d’eucalyptus peuvent être établies sur des terres marginales ou dégradées, réduisant ainsi la pression sur les forêts naturelles pour l’extraction de bois.

Pourquoi une plantation monospécifique d’eucalyptus est-elle importante, surtout lorsque le Gabon dispose de plus de 88 % de couverture forestière, l’un des taux de déforestation les plus bas au monde et une biodiversité riche ?

Une plantation monospécifique d’eucalyptus est importante pour le Gabon pour plusieurs raisons. Même dans un pays comme le Gabon, avec une couverture forestière importante, des taux de déforestation faibles et une biodiversité riche :

1 Diversification économique : Bien que le Gabon dispose de forêts naturelles abondantes, la diversification de son économie par la culture de l’eucalyptus peut fournir des sources de revenus supplémentaires et des opportunités d’emploi.

2 Production de bois : Les arbres d’eucalyptus poussent rapidement et produisent du bois de haute qualité, ce qui peut compléter l’approvisionnement en bois des forêts naturelles et répondre à la demande de produits du bois tant sur le marché domestique qu’international.

3 Gestion des ressources : L’établissement de plantations d’eucalyptus sur des terres dégradées ou marginales peut contribuer à la réhabilitation de ces zones, à l’amélioration de la qualité du sol et à la prévention de la dégradation des terres.

4 Développement industriel : Les plantations d’eucalyptus peuvent soutenir le développement d’industries en aval telles que la production de pâte et de papier, ce qui peut contribuer à la croissance économique et à la diversification.

5 Réduction de la pression sur les forêts naturelles : En fournissant une source alternative de bois et de produits du bois, les plantations d’eucalyptus peuvent contribuer à réduire la pression sur les forêts naturelles, diminuant ainsi le risque de déforestation et de perte d’habitat.

Vues  1 et 2 de l’eucalyptus

6 Séquestration du carbone : Bien que les plantations monospécifiques ne soutiennent peut-être pas une gamme aussi diversifiée de faune que les forêts naturelles, elles peuvent tout de même contribuer à la séquestration du carbone et à l’atténuation du changement climatique en absorbant le dioxyde de carbone de l’atmosphère.

7 Recherche et innovation : Les plantations d’eucalyptus peuvent servir de sites pour la recherche et l’innovation dans les pratiques forestières, notamment la sélection des arbres, les techniques sylvicoles et la gestion durable des terres. Globalement, l’établissement de plantations monospécifiques d’eucalyptus au Gabon peut compléter les efforts de conservation des forêts existants tout en fournissant des avantages socio-économiques et en promouvant des pratiques de gestion durable des terres. Cependant, il est essentiel de gérer soigneusement ces plantations pour minimiser les impacts négatifs potentiels sur l’environnement et les communautés locales.

En parcourant les réseaux sociaux, j’ai remarqué que M. Bertrand Zibi et plusieurs compatriotes sont contre le projet de plantation d’eucalyptus au Gabon. Est-il possible que cette plante pose un danger pour les populations environnantes ?

Bien qu’il soit compréhensible que des préoccupations aient été soulevées par M. Bertrand Zibi et d’autres compatriotes concernant le projet de plantation d’eucalyptus au Gabon, il est important d’aborder ces préoccupations avec un esprit ouvert et une perspective équilibrée. Il est possible que des inquiétudes légitimes existent concernant les impacts potentiels des plantations d’eucalyptus sur les populations environnantes et l’environnement, si la plantation n’est pas gérée correctement.

Cependant, il est également essentiel de considérer les avantages que de tels projets peuvent apporter, tels que les opportunités économiques, la gestion des ressources et le développement durable. Pour répondre à ces préoccupations de manière positive, nous avons mené une évaluation environnementale approfondie, impliquant les communautés locales dans les processus de prise de décision, mettant en œuvre des pratiques de gestion durable des terres et respectant les cadres réglementaires stricts du FSC et potentiellement de la SFI.

En travaillant ensemble de manière collaborative, nous pouvons nous assurer que le projet de plantation d’eucalyptus au Gabon maximise ses impacts positifs tout en minimisant les dangers potentiels pour les populations environnantes et l’environnement.

L’eucalyptus a de nombreuses vertus médicinales. Comment contribuera-t-il au développement d’une localité ?

Les vertus médicinales de l’eucalyptus offrent en effet des opportunités passionnantes pour le développement d’une localité. Voici comment :

1 Industrie de la santé : L’eucalyptus est connu pour ses propriétés médicinales, notamment dans la production d’huiles essentielles et de remèdes à base de plantes. L’établissement de plantations d’eucalyptus peut soutenir la production locale de ces produits, favorisant ainsi la croissance d’une industrie de la santé à petite échelle dans la localité. Cela peut créer des opportunités d’emploi et stimuler la croissance économique.

2 Médecine traditionnelle : Dans de nombreuses cultures, l’eucalyptus est utilisé en médecine traditionnelle pour traiter les affections respiratoires, les affections cutanées, et plus encore. En cultivant localement l’eucalyptus, les communautés peuvent accéder plus facilement à ces remèdes traditionnels, réduisant ainsi la dépendance aux produits pharmaceutiques importés et promouvant le patrimoine culturel.

3 Recherche et innovation : Les propriétés médicinales de l’eucalyptus offrent également des opportunités de recherche scientifique et d’innovation. Les universités locales, les institutions de recherche et les entrepreneurs peuvent explorer les utilisations potentielles des extraits d’eucalyptus dans les produits pharmaceutiques, les cosmétiques et autres produits liés à la santé. Cela peut attirer des investissements, favoriser l’échange de connaissances et positionner la localité comme un pôle de biotechnologie et d’innovation.

4 Tourisme et bien-être : Les plantations d’eucalyptus peuvent embellir la beauté naturelle de la région, attirant les touristes intéressés par le tourisme de bien-être et les expériences respectueuses de l’environnement. Des retraites bien-être, des visites guidées et des programmes éducatifs centrés sur les bienfaits médicinaux de l’eucalyptus peuvent générer des sources de revenus supplémentaires pour le secteur touristique de la localité.

Pourriez-vous nous dire à quoi servirait le bois issu de cette exploitation ?

Nous avons défini quatre objectifs principaux pour la plantation :

Bois pour le placage pour l’industrie du contreplaqué. Nous devrons installer une usine de déroulage à Leconi et également fournir de l’emploi et envoyer le placage pour la Zone Économique Spéciale à Nkok.

Bois comme biocarburant pour le secteur minier, en particulier les mines de manganèse et de minerai de fer au Gabon.

Puits de carbone pour la séquestration du carbone à long terme.

Nous testerons également l’utilisation du bois pour la scierie et l’industrie de la construction.

Quelles sont les conclusions des Évaluations d’Impact Environnemental (EIE) pour ce projet ? Surtout concernant les impacts environnementaux, les effets potentiels sur les nappes phréatiques et les cours d’eau avoisinants, en tenant compte des besoins en eau de la plante d’eucalyptus ?

Les conclusions de l’Évaluation d’Impact Environnemental (EIE) pour le projet de plantation d’eucalyptus dans la région de Leconi, Haut-Ogooué, Gabon, ont été approfondies et rassurantes, notamment en ce qui concerne les impacts environnementaux et les préoccupations liées aux ressources en eau.

Étant donné les fortes précipitations annuelles dans la région de Leconi, la plantation d’eucalyptus est alimentée par la pluie, éliminant ainsi le besoin d’approvisionnement en eau supplémentaire. Seule la pépinière et les premières étapes de la plantation, y compris l’application d’engrais et d’additifs la première année, nécessitent un peu d’eau. Par conséquent, la viabilité de la plantation ne dépend pas de la fourniture d’eau supplémentaire, car les fortes précipitations tout au long de l’année soutiennent adéquatement la croissance des arbres d’eucalyptus.

De plus, dans le cadre du projet et au regard du climat, nous avons choisi d’utiliser une variété d’eucalyptus dont le Système racinaire est étendu.

En effet, bien que les racines principales des eucalyptus puissent être profondes, ils ont également tendance à développer un réseau de racines latérales étendues près de la surface du sol. Ces racines latérales aident à stabiliser l’arbre et à absorber l’eau et les nutriments disponibles dans les couches supérieures du sol.

Cette variété a été choisie contre les espaces à Système racinaire profond car les eucalyptus de ce type sont appropriés pour les régions où les précipitations sont limitées car les racines s’enfoncent profondément dans le sol à la recherche d’eau et de nutriments ce qui leur permet de survivre et de prospérer dans des conditions de sécheresse.

L’EIE a conclu qu’il n’y aura pas d’impact significatif sur les cours d’eau avoisinants. L’étude met l’accent sur l’importance de gérer soigneusement l’application d’engrais, de désherbants, de fongicides et de tout déchet généré tout au long de la durée du projet. Des mesures seront mises en place pour assurer une utilisation et une élimination responsables de ces substances, minimisant ainsi les dommages environnementaux potentiels.

Pour superviser la mise en œuvre de ces mesures et aborder toute préoccupation environnementale en temps réel, un comité de suivi dédié sera établi. Ce comité inclura une représentation significative de la communauté pour sauvegarder les intérêts communautaires et assurer la transparence et la responsabilité dans l’exécution du projet. Toutes les actions correctives nécessaires seront prises rapidement pour atténuer les impacts négatifs et promouvoir la durabilité environnementale.

Dans l’ensemble, l’EIE a fourni une assurance solide que le projet de plantation d’eucalyptus sera mené de manière écologiquement responsable, en tenant compte des ressources en eau et d’autres facteurs environnementaux. Grâce à une gestion diligente et à la participation communautaire, le projet vise à atteindre ses objectifs tout en préservant l’écosystème environnant et le bien-être de la communauté.

Pourquoi cette localité a-t-elle été choisie pour la plantation d’eucalyptus ?

La décision de choisir cette localité particulière pour la plantation d’eucalyptus a été facilitée par le Ministère de l’Agriculture et le Commission Nationale d’Affectation des terrains de la République Gabonaise (CNAT), qui l’ont identifiée comme une Zone de Savane avec une couverture forestière minimale et une activité agricole limitée. Cette classification rendait la région appropriée pour le projet agroforestier envisagé.

Le Ministère de l’Agriculture et le CNAT croyaient que notre projet agroforestier avait le potentiel de dynamiser l’économie locale grâce à la production de bois d’œuvre et aux activités agricoles. De plus, ils le considéraient comme une opportunité de positionner la localité comme un contributeur significatif à l’économie du Gabon, rehaussant ainsi son statut sur la scène nationale.

Il est important de noter que la Plantation Sequoia n’a pas choisi cette zone de manière indépendante. Elle a plutôt été fournie par le gouvernement comme un emplacement idéal pour l’activité demandée par nous. Cela souligne la nature collaborative du projet et l’alignement des intérêts entre le gouvernement et le secteur privé dans la promotion du développement économique durable.

Dans l’ensemble, la sélection de cette localité était basée sur sa pertinence stratégique pour les objectifs du projet, tels qu’identifiés par les organismes gouvernementaux responsables de la gestion des terres et du développement agricole.

L’eucalyptus est présenté comme une plante très inflammable. Pourrait-elle être source d’incendie de forêt dans le cadre de notre pays ? Si oui, quelles pourraient être les causes et comment prévenir ce type d’incident ?

Il est compréhensible que vous vous préoccupiez de la possibilité d’incendies de forêt liés à la présence d’eucalyptus dans notre pays. Toutefois, permettez-moi de vous rassurer en abordant ces préoccupations de manière approfondie et constructive.

Bien que l’eucalyptus soit souvent associé à une certaine inflammabilité, il est important de noter que la probabilité d’incendies de forêt dépend de plusieurs facteurs, notamment les « conditions météorologiques », les pratiques de gestion des terres et la sensibilisation aux risques d’incendie.

Prenant en compte le fait que le Gabon est un pays situé dans la zone équatoriale d’Afrique centrale, caractérisé par un climat tropical humide avec des températures élevées et des précipitations abondantes tout au long de l’année, il est donc permis de penser que dans de telles conditions climatiques, les incendies de forêt sont généralement moins fréquents que dans les régions plus arides ou saisonnières.

Cependant, cela ne signifie pas que les incendies de forêt sont impossibles.

Raison pour laquelle, dans le cadre de notre projet, nous prenons des mesures préventives pour minimiser les risques d’incendie de forêt et assurer la sécurité de nos communautés et de nos écosystèmes. Voici quelques-unes de ces mesures :

Gestion des plantations : Nous surveillons attentivement nos plantations d’eucalyptus et maintenons des zones tampons bien entretenues autour des plantations pour réduire le risque de propagation des incendies.

Sensibilisation et formation : Nous travaillons en étroite collaboration avec les communautés locales pour sensibiliser aux risques d’incendie de forêt et fournir une formation sur la prévention des incendies et les techniques de lutte contre les incendies.

Surveillance et intervention rapides : Nous avons mis en place un système de surveillance régulière des conditions météorologiques et des risques d’incendie, afin de pouvoir intervenir rapidement en cas d’incendie et minimiser les dommages.

Coopération avec les autorités locales : Nous travaillons en partenariat avec les autorités locales, les services de lutte contre les incendies et d’autres parties prenantes pour coordonner les efforts de prévention et de réponse aux incendies de forêt.

Utilisation d’engin agricoles ayant des équipements de lutte contre les incendies afin de gagner en temps et en efficacité en cas d’éventuels incendies.

Valtrac T195 (150kw 4×4) 1 unité avec broyeur attaché, Kubota M9540 avec faucheuse attachée. Kubota M9540 avec pulvérisateur/pompe attaché

Il est également important de noter que les incendies de forêt peuvent être causés par une variété de facteurs, notamment les activités humaines, les conditions météorologiques extrêmes et les phénomènes naturels. En adoptant une approche proactive et collaborative, nous pouvons réduire efficacement les risques d’incendie de forêt et protéger nos communautés et nos écosystèmes.

Pour finir, dans le cadre de ce projet, nous avons un partenaire technique, l’entreprise CMO, qui certifié FSC et nous accompagne sur la réalisation de chaque jalon du projet.

« Pour information, la certification FSC (Forest Stewardship Council) est un label de certification attribué aux produits forestiers qui proviennent de sources responsables et durables. Elle est généralement considérée comme l’une des normes les plus élevées en matière de gestion forestière responsable

 Le Forest Stewardship Council est une organisation internationale à but non lucratif qui promeut la gestion forestière écologiquement appropriée, socialement bénéfique et économiquement viable à travers le monde.

La certification FSC garantit que les produits forestiers, tels que le bois et le papier, ont été récoltés dans des forêts gérées de manière responsable, ce qui signifie qu’elles respectent un ensemble strict de normes environnementales, sociales et économiques. Ces normes comprennent la conservation de la biodiversité, le respect des droits des communautés locales et des travailleurs forestiers, la protection des habitats des espèces menacées, et la gestion durable des ressources forestières ».

Quelle est la superficie réelle dédiée à ce projet ? Quel pourcentage représente-t-elle par rapport à la superficie totale des départements concernés ? Au vu de ce pourcentage, la biodiversité est-elle réellement ménacée ?

La superficie totale accordée par le gouvernement pour ce projet est 84,000 ha reparties sur 4 blocs :

Bloc 1 et 2, Plateau et Djouri-Agnili (59 968 ha) Bloc 3, Moupia (23 063 ha) Bloc 4, Motobo (12 853 ha)

Toutefois, l’utilisation complète de cette superficie est conditionnée par la réussite de la première phase du projet réalisée dans les blocs 1 et 2 avec une superficie nette initiale de 20.000 ha reparti entre l’activité d’agroforesterie (18.000 ha) et à l’agriculture de consommation (7.000 ha).

Sachant que la superficie du département des plateaux est estimée à environ 776 784 ha, la superficie de la première phase du projet ne représente donc que 2.57% de la superficie de ce département.

En outre, considérant que l’utilisation de petite superficie allouée à des projets implique généralement une empreinte écologique plus limitée et donc moins d’impacts potentiels sur l’environnement, nous pouvons dire qu’avec la combinaison des mesures d’atténuation appropriées que nous avons retenues, les impacts négatifs seront éventuellement minimes.

Toutefois, nous sommes conscients qu’il faut garder à l’esprit que même des projets de petite taille peuvent avoir des conséquences significatives s’ils ne sont pas correctement planifiés et mis en œuvre d’où, la nécessité du respect stricte des recommandations de l’étude d’impact environnementale et sociétal et la forte implication des populations impactées et des autres parties prenantes au suivi et au control de la mise en œuvre projet.

Contact Site web: http://sequoiaplantationgabon.com / Email: info@sequoiaplantationgabon.com

Outre ces éclaircissements, nous avons interrogé un leader dans le secteur agricole:

Au niveau écologique ou biodiversité, l’eucalyptus va avoir un effet bénéfique pour la biodiversité endogène du Gabon car sa culture et son exploitation va réduire les prélèvements de nos espèces propres comme l’Okoumé.

La question relative au sol ne tient pas car même quand tu cultives en continue le manioc au même endroit pendant plusieurs années, le sol se dégrade. Mais le plus important, et c’est ce qui constitue la particularité, c’est le fait que le sol se rétablisse,  soit tout seul ou avec quelques apports après qu’on ait cessé l’activité….

Contrairement au manganèse qui exploité dans la même zone et dont les conséquences en termes écologiques et Écosystème sont irréversibles même à long terme et nous avons le cas de Mounana avec l’uranium”, dixit Hervé Omva, interrogé sur la même question. 

La rédaction

MEDIAPOSTE
MEDIAPOSTE
MEDIAPOSTE, est un media en ligne, qui traite, analyse et décrypte toute l'actualité du Gabon. Il existe depuis 2017.

Articles Liés

7 Commentaires

  1. Vous êtes pas les seuls à faire des recherches. La population ne veut pas. Allez le faire dans les zones désertes, ils en ont plus besoin. Les eucalyptus ont été plantés au cameroun, où sont les résultats?

  2. C’est le pays de Bertrand, s’il estime que c’est dangereux, on doit l’écouter et c’est ça le respect. Les populations n’en veulent pas, si l’objectif est le progrès, proposez autre choses pour les mêmes buts.

  3. Pourquoi venir introduire artificiellement un arbre dans un environnement naturel qui en dispose déjà en quantité ?
    Un pays n’est pas obligé de tout avoir, de tout faire. La nature à doter chaque territoire d’une biodiversité bien spécifique. Chaque pays devrait rechercher à optimiser les ressources ressources naturelles dont il dispose pour le bien-être de sa population. L’eucalyptus ne va apporter aucune valeur ajoutée à l’économie gabonaise qu’elle ne dispose déjà. Par contre, elle peut avoir un impact sur l’équilibre écologique, d’une zone où elle n’existe pas naturellement.
    Pourquoi ne pas aller planter dans les pays du Sahel, qui ont besoin de verdure ?

  4. Pourquoi venir introduire artificiellement un arbre dans un environnement naturel qui en dispose déjà en quantité ?
    Un pays n’est pas obligé de tout avoir, de tout faire. La nature à doter chaque territoire d’une biodiversité bien spécifique. Chaque pays devrait rechercher à optimiser les ressources ressources naturelles dont il dispose pour le bien-être de sa population. L’eucalyptus ne va apporter aucune valeur ajoutée à l’économie gabonaise qu’elle ne dispose déjà. Par contre, elle peut avoir un impact sur l’équilibre écologique, d’une zone où elle n’existe pas naturellement.
    Pourquoi ne pas aller planter dans les pays du Sahel, qui ont besoin de verdure ?

  5. Pourquoi doit-on forcément modifier la facette naturelle du paysage de leconi et ses environs. On ne peut pas avoir le même paysage partout. Je voudrais bien quitter mes forêts du Nord pour aller savourer la beauté des savanes de l’Est et ceux de l’Est aller se rafraîchir dans les sous-bois du Nord.
    S’il y a de l’argent à dépenser, qu’on mette ça pour améliorer le réseau routier, les écoles et les dispensaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez connecté

5,900FansJ'aime
3,800SuiveursSuivre
2,100AbonnésS'abonner