25 C
Libreville
samedi, 4 décembre 2021

Relation avec les institutions : Où va le budget de la Médiature de la République ? Denise Mekamne à la barre

Comptant parmi les membres du gouvernement les plus influents, Denise Mekamne parviendra-t-elle à s’extirper des griffes d’un scandale financier qui profile à l’horizon au sein du département ministériel dont elle à la charge au sujet du budget de fonctionnement alloué à la Médiateur de la République ?

Au moment où il est engagé une “chasse à l’homme” sur les prédateurs financiers des deniers publics. L’opinion reste stupéfaite sur la question. Qui se pose avec une acuité sidérale. Dans la mesure où l’on sait pertinemment que, depuis 2017, la fonction de Médiateur de la République n’est pas pourvue. Alors que selon des sources des services de la comptabilité publique et du trésor, logé dans un Compte d’affectation spéciale (CAS), au titre du ministère en charge des relations avec les institutions, il est alloué un budget de fonctionnement à la Médiature de la République.

Malheureusement, depuis quatre (04) ans, la fonction en question n’est pas pourvue, afin de permettre à l’ordonnateur de crédits l’utilisation de ses fonds.

Ce qui laisse supposer qu’il y’a lieu de malversations financières qui ne disent pas leurs noms. Lors du Conseil des ministres en sa séance du 13 septembre 2021, le gouvernement avait adopté le projet d’ordonnance portant sur la redéfinition des missions du Médiateur de la République, désormais placée sous l’autorité du Vice-président de la République, ainsi que des procédures applicables devant elle, afin de donner plus de lisibilité à une institution qui va devoir jouer un rôle déterminant dans le fonctionnement régalien de l’État de droit au Gabon.              

La Médiature de la République assiste auprès des administrations, des collectivités locales, des établissements publics et tout autre organisme investis d’une mission de service public, le fonctionnement de médiation, de concertation, de protection et des promotions des droits. En sollicitant à nouveau auprès des députés, au titre de l’année 2022, un budget de 133 millions de francs CFA pour le fonctionnement de la Médiature de la République, les membres de la commission des finances de L’Assemblée nationale ne se sont pas laisser berner sur une énième rallonge budgétaire.

Étant donné que la Médiature de la République est comme la Vice-présidence de la République, en veilleuse. Pourquoi alors octroyer un budget à une institution qui ne fonctionnement pas ? Où va l’argent alloué depuis 2017 ? Le dernier promu à ce poste, le défunt Emmanuel Issozet Ngondet, alors député de la commune de Makokou, n’a pas eu le privilège d’inaugurer les chrysanthèmes. Car ayant préféré son rang de député à l’Assemblée nationale plutôt qu’à une loufoque fonction qui apparaissait aux yeux de l’opinion nationale comme une coquille ville surnommer “voie de garage” pour des politiciens en fin de cycle.                 

Et dire que tous les regards sont désormais orientés vers le Ministère en charge des relations avec les institutions pour connaître l’utilisation réelle qui est faite à la dotation budgétaire, depuis 2017, à la Mediature de la République. Au moment où, sous l’impulsion du Président de la République, chef de l’État, Ali Bongo Ondimba, le gouvernement gabonais aurait instauré des “task-force” comme mode de contrôle et de vérification de la gestion des finances publiques. Cet énième scandale financier qui se profile ne manquera certainement pas d’éclabousser plus d’un et non des moindres tapis au gouvernement.

Thierry Mocktar

MEDIAPOSTE
MEDIAPOSTE
MEDIAPOSTE, est un media en ligne, qui traite, analyse et décrypte toute l'actualité du Gabon. Il existe depuis 2017.

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez connecté

954FansLike
764FollowersFollow
656SubscribersSubscribe