25 C
Libreville
samedi, 4 décembre 2021

Patrimonialisation : le Parc de l’Ivindo face aux enjeux de valorisation

Quatorze ans après la première inscription de son site culturel Lopé-Okanda, dans la province de l’Ogooué-Ivindo, le Gabon a été honoré en juillet dernier par l’inscription d’un autre de ses sites « Naturel » au patrimoine mondial de l’Unesco. Sans une réelle politique de capitalisation, le Gabon pourrait ne rien tirer de cette labellisation.

La patrimonialisation des sites culturels et naturels peut-être source de nombreux enjeux. Si les avis sont partagés sur la question des retombées économiques et financières de ce processus de valorisation internationale, nombreux sont les pays « européens » qui n’ont pas hésité à capitaliser sur ces inscriptions.

Avec ses 45 biens inscrits au patrimoine mondial, la France peut servir de référence pour mieux apprécier les enjeux en compétition dans le cheminement de la patrimonialisation. Bien que le pays soit connu pour attirer des touristes et investisseurs des quatre coins de la planète, l’inscription de ces sites et biens au patrimoine mondial de l’Unesco a contribué à relever, non seulement la valeur du patrimoine français, mais également l’attrait international pour ce pays.

En général, l’admission d’un site ou bien à la patrimonialisation se traduit généralement par une augmentation de la fréquentation de l’ordre d’au moins 20 à 30%. L’Île de la Réunion et la ville d’Albi au sud-ouest de la France n’ont pas échappé à cette conséquence. A la suite de leur inscription à l’Unesco, ces villes ont vu leur nombre de visiteurs (touristes) augmenté de 40%. Cet effet de levier était dû à l’annonce de la mobilisation urbaine qui a suivi l’inscription à l’Unesco. En effet, les sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco ont été restaurés et aménagés. Ce qui a eu un effet conséquent.

Riche de son patrimoine et de ses paysages culturels variés et renommés, la France s’est vu ces dernières années, relevée au rang de première destination touristique au monde. En France, les chiffres du tourisme illustrent fort bien les effets directs de la patrimonialisation des sites historiques et naturels, même si d’autres aspects peuvent entrer en compte. En 2009, le pays a accueilli 74 millions de visiteurs étrangers, auxquels il convient d’ajouter un nombre croissant de touristes français. Selon le ministère du Tourisme, les retombées économiques du Tourisme représentaient, fin 2009, 117,6 milliards d’Euros, soit 6,2% du PNB et générant 880 400 emplois directs.

Comparativement au Gabon, la patrimonialisation n’a pas eu la même influence économique depuis la première inscription du site écosystème et paysage culturel relique de Lopé-Okanda en 2007. Malgré son caractère attractif, notamment ces beaux paysages contrastés par les pleines, les savanes, des forêts luxuriantes et des montagnes à perte de vue, le site attire peu de touristes. L’une des raisons tient du fait du peu de valorisation dont a bénéficié ce site au lendemain de sa patrimonialisation. Adossé à cette réalité, le manque de vision de développement du secteur touristique au Gabon.

Quatorze ans après, la donne ne va pas réellement changer. Si l’inscription du Parc national de l’Ivindo est source de fierté pour le pays, cette patrimonialisation n’aura aucune incidence économique à la lumière de la première expérience. L’un des risques qu’encourt le Gabon, serait de ne pas savoir suivre le vent de cette inscription en déployant des politiques qui concourent à attirer des touristes pour mieux valoriser ses deux patrimoines. Pour cela, il faut du pragmatisme et une rupture avec les vieilles méthodes.

Source : La Lettre Verte

MEDIAPOSTE
MEDIAPOSTE
MEDIAPOSTE, est un media en ligne, qui traite, analyse et décrypte toute l'actualité du Gabon. Il existe depuis 2017.

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez connecté

954FansLike
764FollowersFollow
656SubscribersSubscribe