25 C
Libreville
samedi, 20 juillet 2024

Politique et intrigues : Quand la nostalgie de “BLA” fait pleurer les zélateurs

Les anciens zélateurs des folies de grandeur que leur offrait le “timonier”, Brice Laccruche Alihanga (BLA) – incarcéré à la maison d’arrêt de Libreville – non contents de voir gravir autour du chef de l’État, une nouvelle élite véritablement déterminée, dynamique et engagée, ont décidé de transmuter en opposants de circonstance au régime conduit par Ali Bongo Ondimba.

La collusion et la symbiose avec l’opposition traditionnelle illustrent parfaitement le manque de “gagne-pain”, au regard des mirobolantes cagnottes que leur octroyait, généreusement au frais du contribuable, l’ancien Directeur de cabinet du Président de la République. Dont “la sale besogne” a consisté à traquer dans une presse à la solde, tout potentiel adversaire ou considérer comme tel, à l’expansion du système et l’empire de “BLA”, ou tous ceux qui ne s’alignait à la servile dévotion parodique.

Sinon, il serait fastueux pour nous d’énumérer ici tous les fidèles et loyaux collaborateurs d’Ali Bongo Ondimba,  passés par la guillotine de la nébuleuse AJEV (Association des jeunes émergents volontaires) et sa meute de courtisans dont le chef de file n’était autre que Brice Laccruche Alihanga.

Les gabonais s’interrogent d’ailleurs ce que mijotent les anciens zélateurs de “BLA” aux côtés de l’opposition radicale ? Si ce n’est insidieusement d’élaborer des complots aigris visant à faire tomber le clan rival qu’ils ont dénommé, de façon lapidaire, la “Young team”.

Depuis leur déchéance, les “BLA boys” ont développé une haine à l’égard de tout ce qui gravite autour du chef de l’État ou constitue un soutien indéniable à sa politique. Des actes qui, évidemment, relèvent de leur part une instabilité sociale et morale depuis l’incarcération du “demi-dieu”. Ont-ils eu un seul instant pour les gabonais pendant qu’ils se gavaient à la malice des richesses du pays du temps de la splendeur et des vaches grasses. Tant plus que l’intérêt de la nation n’a jamais été la préoccupation première d’une vision politique calamiteuse.

Beaucoup de ces zélateurs ont été, en réalité, attaché à “BLA” pour ses largesses  pécuniaires. Que de défendre par l’ignorance de la personne ou critiquer le parti au pouvoir, chacun devrait par contre chercher à comprendre pourquoi, Brice Laccruche Alihanga, n’a jamais voulu quitter le Parti démocratique gabonais, malgré les nombreuses allégations de propriétaire de nombreuses formations politiques qui se sont créées dans le temps.

La seule chose que les fameux “BLA boys” sont condamné à faire c’est de réaliser un plaidoyer pour leur “capitulation” afin de soutenir l’action du président de la République. Au lieu de vouloir demeurer éternellement, sous le prisme de la liberté d’expression, dans les travers des débats de chiffonniers. Pourquoi être dans le faux-semblant ?

Etre “BLA” le jour et prétendre soutenir Ali Bongo Ondimba en rasant les murs des cabinets ministériels ou des institutions de la place la nuit en quête de pitance, relève d’une cécité morale. Car, Brice Laccruche Alihanga, qui a toujours exhorter au soutien du Distingué camarade Président, ne s’est jamais opposé par ses convictions ni au Président de la République ni même au Parti démocratique gabonais (PDG).

Combien de noms de personnes, depuis son incarcération, que le greffe de la maison d’arrêt de Libreville a enregistrée pour les personnes qui souhaitent apporter leur reconnaissance ou affection à Brice Laccruche Alihanga ?

Thierry Mocktar

MEDIAPOSTE
MEDIAPOSTE
MEDIAPOSTE, est un media en ligne, qui traite, analyse et décrypte toute l'actualité du Gabon. Il existe depuis 2017.

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez connecté

5,900FansJ'aime
3,800SuiveursSuivre
2,100AbonnésS'abonner