27.3 C
Libreville
vendredi, 28 janvier 2022

Démocratie : Max-Anicet Koumba, le guignol politique qui s’ignore au CND.

Le piètre spectacle ahurissant et pittoresque auquel s’est dernièrement livré Max-Anicet Koumba devant l’ensemble des forces vives de la nation, reste du moins, empreint d’un étambot maladroitement arrimé à la longue marche de la démocratie gabonaise. Une situation symptomatique qui traduit le mode d’expression choisi par certains acteurs politiques pour espérer se mettre en évidence.

Malheureusement pour Max-Anicet Koumba, au lieu d’espérer obtenir la lumière, l’homme a finalement été vaincu par une obscurité où il y est retourné comme il est arrivé. D’ailleurs, d’aucunes pensent que le leader du Rassemblement des Gaulois (RG) – fantomatique parti politique  – a parfaitement joué le rôle peu envié du bouffon qui dit tout haut ce que certains pensent tout bas.          

En effet, en rendant une composante de la nation pour responsable de la situation (?) dans laquelle se trouve le pays, relève d’une cécité intellectuelle et d’un manque de clairvoyance pour un acteur politique qui prétend soutenir l’action du chef de l’État.                                   

Pour de nombreux observateurs, Max-Anicet Koumba n’a véritablement pas tout dit. Car il aurait dit voter des noms pour comprendre toit le sens de ces accusations et envers qui en toute objectivité. Un refus de sa part, indique un politologue, équivaudrait à une complicité avec les propos honteux du slogan : “Tout Sauf les Fangs”.

Entretenu dans l’ombre par une kyrielle de commanditaires – inoxydables de la scène politique gabonaise, dont ils se sont taillé des baluchons des années durant. Et qui ont en objectif de réduire au simple rôle de factotum, la composante la plus représentative de la nation. Dont les ramifications s’étendent aux confins des pays de la sous-région. D’où ces scènes de théâtre servi par des hommes de mains du genre grotesque comme Max-Anicet Koumba. Des pratiques aux antipodes de Concorde civile, la cohésion sociale et le vivre-ensemble préconisé par le Président de la République.                    

 Si l’opinion publique a salué la promptitude du gouvernement dans la condamnation des propos haineux de Max-Anicet Koumba, l’on attend vivement vivement que le législateur gabonais prenne des dispositions qui renforcent la pénalisation de tels propos.

Thierry Mocktar

MEDIAPOSTE
MEDIAPOSTE
MEDIAPOSTE, est un media en ligne, qui traite, analyse et décrypte toute l'actualité du Gabon. Il existe depuis 2017.

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez connecté

954FansLike
764FollowersFollow
656SubscribersSubscribe