25 C
Libreville
samedi, 20 juillet 2024

Gabon/Fonction publique : L’évidence des “fonctionnaires” fantômes.                           

Qui d’autre que Raphaël Ngazouzé détiendrait les véritables chiffres du nombre d’agents actifs que compte la fonction publique gabonaise ? Le questionnement mérite son pesant d’or. Car lors du passage du membre du gouvernement de la transition sur le plateau d’une émission télévisée sur la chaîne nationale, le Ministre de la fonction publique a révélé que l’État compte réellement à ce jour un peu plus de 58 milles agents tous secteurs confondus.

Alors que son prédécesseur à ce poste sous l’ancien régime déchu le 30 août dernier, faisait état de 101milles agents publics, soit un gap de plus de 43 milles agents fantômes.

À l’heure où le pays traverse de plein fouet sa période de restauration des valeurs, de la dignité, l’assainissement des services publics et l’amélioration de l’administration, il est clairement établi que les gens devraient s’exprimer sur cette incongruité qui aurait, durant plusieurs années, mis à rude épreuve les finances publiques afin que les gabonais sachent réellement la vérité.

Dans la mesure où la première des questions sur l’on se pose est de savoir qui percevait les salaires de ces agents fantômes (s’il y en a) et comment en est-on arrivé-là ?,  Quand et comment percevait-ils ces salaires ?

Etc. On comprend dès lors que pour avoir mis, très certainement, le pied dans la fourmilière, le Ministre Raphaël Ngazouzé soit l’objet d’une diatribe virulente à travers les réseaux sociaux où il serait traité d’incompétent. Cet acharnement à son encontre serait-il la conséquence de la dénonciation faite sur le plateau de télévision à l’heure d’une émission de grande écoute pour les gabonais.

La volonté du responsable gouvernemental a pour but de sortir le pays des affres des magouilles et des manigances de toutes sortes. Qui a donc fait recruter dans la fonction publique entre 2017 et 2023 alors qu’une mesure de gel avait été prise pour permettre une maîtrise optimale de l’évolution de la masse salariale de l’État ?

En effet, comme certaines autres administrations du pays, à l’instar de la mairie de Libreville, la fonction publique gabonaise était devenue un vivier électoral où il fallait caser un certain nombre de valets de circonstance au détriment d’une véritable compétence pour une administration gabonaise performante.                       

Les déclarations de Raphaël Ngazouzé ont permis de comprendre la mascarade et le marchandage des postes budgétaires qui se tramaient au niveau de la Fonction publique où les laisser pour compte n’avaient pas droit au chapitre.                             

Thierry Mocktar

MEDIAPOSTE
MEDIAPOSTE
MEDIAPOSTE, est un media en ligne, qui traite, analyse et décrypte toute l'actualité du Gabon. Il existe depuis 2017.

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez connecté

5,900FansJ'aime
3,800SuiveursSuivre
2,100AbonnésS'abonner